L’un des plus grands projets d’aménagements urbain confié à Razel-Bec

TP & Aménagements, le 20 juillet 2017Pont JJ Bosc

Bordeaux Métropole a attribué à Razel-Bec l’un des plus grands projets d’aménagement urbain en France : la construction du pont Jean-Jacques Bosc. Ce pont reliera les communes de Bordeaux et Floirac. D’une longueur de 550m et d’une largeur de 45 m, ce pont sera édifié au-dessus de la Garonne en 32 mois.

Le pont a été imaginé par l’agence OMA et permettra la traversée de la Garonne aux différents modes de déplacement urbain. L’ouvrage principal disposera de huit appuis en rivière et deux à terre. Le tablier atteindra les 45 m de largeur, laissant la place à des aménagements complexes et à l’intermodalité souhaitée par Bordeaux Métropole. Un groupement de six entreprises a été constitué pour les travaux avec Razel Bec (mandataire) pour le Génie Civil, Fayat TP pour le terrassement, l’assainissement et le VRD, Sefi intrafor pour les fondations spéciales, ETPO spécialiste des travaux fluviaux et Baudin Chateauneuf spécialiste des travaux de charpente avec Barbot.

Pour visualiser la vidéo du projet des travaux sur Facebook cliquez-ici 

 

La place St-Roch de Mont-de-Marsan a fait peau neuve

TP & Aménagements, le 20 juillet 2017
6-SGPAM – Color by PAM – Mont de Marsan (1)
6-SGPAM – Color by PAM – Mont de Marsan (2)

Lieu central et historique de la ville landaise, la place St-roch, anciennement appelée place rouge, a fait l’objet d’une rénovation complète. Dans le cadre de ce nouvel aménagement, une quarantaine de pièces de voirie Saint Gobain color by PAM a été mise en place pour s’intégrer dans l’aménagement.

 

L’objectif de ces travaux de rénovation était que la place conserve tout son charme. Elle donc fait l’objet d’une étude approfondie en termes de matériaux, mais surtout d’esthétique.

Initialement, des tampons à remplir de pavés avaient été sélectionnés. C’est finalement sur les recommandations de Matériaux Travaux Publics (MTP, distributeur de fontes de voirie Saint-Gobain PAM), en concertation avec la ville de Mont-de-Marsan, que des pièces de voirie en fonte ductile colorée « Color by PAM » se sont imposées. « Dans le cadre de la réfection de la place Saint-Roch, une quarantaine de regards donnant accès aux réseaux humides, d’assainissement, d’eau potable et aux réseaux secs était prévue. Nous avons donc proposé la solution en fonte ductile « Color by PAM » pour sa facilité de pose et d’utilisation par les services techniques de la ville, mais aussi pour son intégration dans le paysage urbain » explique Michel Gatelier, responsable de l’agence MTP de Saint-Paul-Lès-Dax. Une solution appréciée par la ville comme le confirme le directeur général adjoint chargé du pôle technique : « Le chantier de la Place Saint-Roch s’est très bien passé. Nous avions fait le choix, par le passé, de regards garnissables (béton coloré, pavage) mais ceux-ci se sont révélés fragiles et très difficiles à ouvrir par les équipes. Aussi, la solution de Saint-Gobain PAM permettant de camoufler ces éléments techniques sans perdre de leur confort d’usage est un vrai plus pour le traitement de la place et pour l’exploitation technique. Elle est la réponse à nos problématiques techniques dans la requalification de nos espaces publics dans le cœur urbain ».

 

Deux nouvelles pelles Doosan dédiées aux travaux spéciaux

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017

1-DX 160 HIGH TRACK1
1-DX 160 DOUBLE GALETS
1-DX 160 AR

Le fabricant coréen Doosan propose désormais une nouvelle pelle dédiée aux applications spéciales comme les travaux forestiers, la démolition ou encore le recyclage. Cette pelle High Track est disponible en deux modèles de 16 et 18 tonnes, la DX 160-LC-5 et la DX 180 LC-5.

 

Si la chaine cinématique reste inchangée, ce qui rend particulière cette pelle, c’est l’association d’un châssis et d’une tourelle différenciés.

Ainsi, les deux modèles disposent d’un châssis unique spécifique High Track d’une machine de 18 tonnes avec un bâti de chenille renforcé et sa garde au sol réhaussée. La DX 160-LC-5 est équipée de la tourelle de la 16 tonnes, tandis que pour la DX 180-LC-5, de celle d’une pelle de 18 tonnes.

Pour les deux modèles, le châssis est surélevé pour obtenir une garde au sol de 615 mm. Le train de chaîne reçoit des doubles galets pour un meilleur guidage des chenilles et éviter de décheniller lors de déplacement en terrain accidenté. Pour réduire la pression au sol, il est possible de monter des patins de 900 mm de large sur la version High Track.

Coté motorisation, les deux pelles hydrauliques sont dotées d’un moteur Perkins 1204F conforme aux normes antipollution Stage IV. Il développe une puissance de 109 ch à 2 000 tr/minutes sur la 16 tonnes et de 127 ch à 2 000 tr/min pour le plus gros modèle.

Enfin, cette high track reçoit la spacieuse nouvelle cabine équipée d’un nouveau système de commandes qui permet de manier l’accessoire au choix avec le manipulateur ou avec une pédale double effet. Enfin de nouvelles indications apparaissent sur l’écran comme la jauge AdBlue pour connaître les niveaux d’un simple coup d’œil.

 

Bien s’équiper pour travailler au sommet

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017Godet MB Crusher

Le travail en montagne nécessite une organisation minutieuse. En effet, les kilomètres sur les routes sinueuses prennent bien plus de temps que normal et il s’agit d’optimiser les trajets et les chantiers.

 

C’est dans ce contexte que l’entreprise Alta Badia, spécialisée dans la réalisation et l’entretien des pistes de ski et en terrassement en Italie s’est équipée d’un godet concasseur MB BF 120.4 de nouvelle génération. La facilité de transport et le fait qu’il ne nécessite pas d’opérateur dédié ont été des éléments décisifs dans ce choix.

 

Une production de 53 m3/h

Cette quatrième série de BF120.4 a été pourvue d’améliorations notables. Ainsi ce godet concasseur d’un poids de 4,8 tonnes qui peut être monté sur des pelles de 30 tonnes et plus, peut à présent atteindre une production de 53 m3/h et une capacité de chargement de 1,3 m3. Ce rendement a été accrue grâce à l’amélioration de l’équilibre naturel qui permet de gérer plus rapidement les opérations de concassage. Il dispose également de nouvelles options de réglage permettant d’étaler le calibrage de 15 à 145 mm.

Enfin, ses coûts d’entretien ont été réduits grâce à un nouveau système de graissage centralisé. Et pour augmenter sa durée de vie, il a été renforcé sur les points utiles.

 

Découvrez dans le prochain numéro le portrait d’une autre entreprise d’altitude, Marjollet TP, dont le gérant croit aussi beaucoup dans le besoin de se doter d’un parc matériel adapté pour sculpter les montagnes.

 

Pas encore abonné ? N’attendez plus et profitez de notre offre spéciale en partenariat avec Technique TP

Abonnez-vous pour 49 euros / an et pour un euro de plus devenez membre de Technique TP, recevez des cadeaux et profitez des visites d’usine, essais de machine et autres rendez-vous organisés entre passionnés ! Intéressé ? C’est par ici !

110 000 m2 de béton pour la nouvelle plateforme Amazon

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017Béton-Cemex-Amazon

Il ne fallait pas moins de 100 000 m² de béton pour réaliser la nouvelle plateforme française du géant de l’e-commerce Amazon. La production de béton nécessaire à la réalisation du dallage a été confiée au GME Cemex / Unibéton.

 

Un chantier de grande taille 

L’implantation du plus gros entrepôt d’Amazon France en Picardie est stratégique puisqu’il est idéalement situé pour répondre aux demandes européennes. Développé par le groupe immobilier Goodman, le chantier est impressionnant à la fois par sa taille et par la rapidité de son exécution : il a débuté en octobre 2016 par la transformation de 27 hectares de pâturages et 235 000 m3 de déblais en 198 000 m2 de terrassement. La livraison et la pose de la structure de poteaux, poutres, pannes et panneaux réalisés par Bemaco délimitent une surface totale d’entrepôt de 107 000 m2.

 

Un volume de béton titanesque

La fourniture du béton du dallage intérieur de la plateforme et des dallages extérieurs des quais de livraison camions a donc été confiée au GME Cemex et Unibéton. Ce chantier répondait à deux exigences : le volume et la qualité, soit dix cellules de stockage de 6 000 m2 chacune et une zone de conditionnement de 60 000 m2, débouchant sur 85 quais de chargement alignés sur 450 mètres de long. Cemex a ainsi livré entre 300 et 350 m3 de béton par jour pendant trois mois, ce qui représente une fourchette de 20 à 40 toupies par jour. Par ailleurs, la régularité du produit livré devait répondre à l’exigence d’une tolérance de planéité faible (FM1) en raison de zones de stockage à allées très étroites (Very Narrow Aisle) et de la hauteur des racks de stockage de 9 m.

 

Un redémarrage plus lent dans les TP que la construction

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017 Croissance-TP-Construction

D’après la dernière lettre de l’Unicem sur la conjoncture des matériaux de construction, la reprise est bien là mais à deux vitesses.

 

En effet, si le BPE continue à afficher des productions en progression au cours des derniers mois, les granulats quant à eux, cherchent une nouvelle respiration. Les volumes se maintiennent et poursuivent leur hausse mais manquent de vigueur du côté des granulats. L’explication : le secteur du bâtiment a repris une dynamique il y a plus d’un an tandis que cette reprise est plus récente dans les TP et manque encore de punch pour “booster“ les productions de granulats. Toutefois les carnets de commandes sont encourageants et les mois à venir devraient sont prometteurs.

Comme au mois d’avril, le mois de mai ne marque pas de grosse évolution des volumes qui stagnent plutôt. Cependant, pas de quoi être défaitiste car ils sont cependant supérieurs aux volumes enregistrés l’année précédente. En effet, on compte +4,6% par rapport à mai 2016. Et sur les trois mois précédents on constate un niveau également stable mais supérieur de +50,6 % par rapport aux mêmes mois en 2016.

Du côté du BPE les chiffres sont plus encourageants avec une production en hausse bien que celle-ci se soit stabilisée entre avril et mai (seulement +0,5%). Toutefois par rapport à 2016, la hausse est de +10%.

 

Les travaux publics enregistrent une croissance graduelle même si certains secteurs comme les travaux routiers ou encore les canalisateurs témoignent d’une activité un peu plus soutenue. Quoi qu’il en soit, les entreprises voient le bout du tunnel et les carnets de commandes commencent à se regarnir. Certains gros chantiers comme le Grand Paris Express ne sont pas étrangers à ce regain de commandes.

 

Les titans du Texas

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017
5-4200SM_02683_HI_Presse

Deux machines Wirtgen Surface Miner de type 4200 SM œuvrent au Texas pour alimenter une centrale électrique en charbon. Ces deux Surface Miner – les plus grands modèles de la gamme Wirtgen – ont été mis en service au cours des dernières années afin d’extraire un matériau à faible teneur en soufre. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

 

Le 4200 SM présente une hauteur de 6,53 m pour un poids en marche de 204 300 kg. Il est entraîné par un moteur diesel de 1 521 ch. Lorsque le 4200 SM est mis en œuvre dans un matériau tendre tel que le charbon, le calcaire ou le gypse, son tambour de taille de 4 200 mm de largeur travaille dans le sens contraire de l’avance sur une profondeur pouvant atteindre 830 mm.

 

Un Surface Miner capable d’extraire dans des veines très fines

L’un des 4200 SM est utilisé sur le gisement de houille d’Eagle Pass : « Chaque tonne extraite vient alimenter une centrale électrique au Mexique », explique John C. Duffey, P. E., ingénieur en chef de Camino-Real-Fuels. Cette mine offre une superficie de 2 500 hectares pour l’extraction du charbon, ce qui correspond à huit années d’exploitation. La surface totale du gisement est bien plus vaste. Sa particularité est qu’il présente des veines très fines, d’une épaisseur parfois de seulement 15 cm. « C’est là précisément que le Wirtgen Surface Miner déploie tous ses atouts. En effet, nous le mettons en œuvre pour l’extraction sélective du charbon, et c’est ce qui nous permet d’obtenir un matériau de haute qualité », explique John C. Duffey.

Enfouies sous une épaisse couche de terre végétale et de mort-terrain de 18,3 m, les quatre veines forment un ensemble d’environ 6,0 m. « … dont tout juste 1,65 m à 2,0 m en charbon », poursuit John C. Duffy. « Nous procédons à des analyses préalables pour déterminer la quantité de charbon sous-jacente, mais il y a toujours des surprises. »

Le 4200 SM remplit des tombereaux d’une charge utile de 250 tonnes qui acheminent le charbon vers un entrepôt de transbordement, équipé de cinq tamis de criblage avec convoyeurs. Chaque tamis de criblage alimente un convoyeur qui transporte le charbon jusqu’à la gare de chargement.

 

« Le chargement des tombereaux est de 30 à 40 % plus rapide qu’avec les anciens modèles »

Dans la mine à ciel ouvert au sud du Texas, une autre 4200 SM est à pied d’œuvre pour extraire le lignite depuis 2014 en remplacement de deux Surface Miner plus petits et plus anciens. « Le 4200 SM est doté d’une technologie supérieure en termes de système hydraulique et de contrôle. En outre, le chargement des tombereaux est de 30 à 40 % plus rapide qu’avec les anciens modèles », expliquent les conducteurs.

« J’adore cette machine », avoue le conducteur. « Le fonctionnement du 4200 SM est bien plus silencieux que notre ancien Surface Miner. Sa cabine est très confortable et l’utilisation en est d’une grande simplicité. Grâce aux caméras vidéo, je peux également voir ce qu’il se passe juste derrière le groupe de taille et éviter ainsi d’aller trop loin dans la couche intermédiaire. »

 

Colas remporte de beaux marchés à Bordeaux

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017Colas Rail - Tramway chantier Bordeaux 

C’est officiel, Colas Rail, filiale ferroviaire de Colas, et Colas Sud-Ouest, filiale routière régionale, ont remporté deux contrats pour la construction de l’extension de la ligne D du tramway de Bordeaux, desservant le nord-ouest de l’agglomération.

 

Des marchés à 40 millions d’euros

Le premier contrat, signé par Colas Rail (mandataire) en groupement avec Alstom, Colas Sud-

Ouest et Fayat TP, porte sur la pose de voies ferrées et d’une ligne aérienne de contact (LAC) sur une longueur de 6,2 km. Son montant s’élève à 34 millions d’euros, dont 21 millions pour les deux filiales de Colas (part Colas Rail : 15 millions ; part Colas Sud-Ouest : 6 millions).

Le second, attribué à Colas Sud-Ouest, concerne la réalisation des travaux de remblais, assainissement et aménagement de surfaces pour un montant de 19 millions d’euros.

Ces deux marchés représentent un montant total de 40 millions d’euros pour les deux filiales. Les travaux dureront 24 mois, pour une mise en service de l’extension de la ligne prévue en octobre 2019.

Colas Rail et Colas Sud-Ouest avaient d’ores et déjà participé à la réalisation des premières lignes du tramway de Bordeaux.

Gérer les bennes sur chantier en 3 clics

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017
7-Suez-App Android 2- Nvlle demande 3

Suez lance une application dédiée au BTP pour faciliter la gestion des bennes sur chantier : « vabene ». Cette application permet de commander en 3 clics une benne, son retrait ou sa rotation.

Mise en service depuis le 1er juillet, l’application a pour vocation de faciliter la tâche aux entrepreneurs du BTP tout en les accompagnant vers la réalisation de l’objectif de 70% de revalorisation des déchets.

Cette application vient compléter les services proposés par Suez aux professionnels du BTP, comme Batireprise, une nouvelle offre dédiée aux distributeurs de matériaux de construction pour les professionnels (lire l’article sur le sujet). Grâce à ces services, Suez élargit sa gamme de solutions et consolide ainsi sa place de partenaire des acteurs du BTP.

 

Fidéliser les jeunes recrues des TP

TP & Aménagements, le 13 juillet 2017 8-SPRIR-RA

La reprise incite à embaucher, toutefois les entreprises sont face à une réalité : 40 % des jeunes diplômés quittent le secteur des TP au bout de 5 ans pour partir dans une autre filière. Le Syndicat Professionnel Régional de l’Industrie Routière (SPRIR) Rhône-Alpes s’est donc réuni à l’occasion de son Assemblée générale pour tenter de trouver des solutions pour attirer et fidéliser de nouveaux talents.

 

« Start-up, PME et grandes entreprises ont à rouler de concert ! Les premières trouvent une puissance de feu pour accélérer leur développement. Les secondes y puisent une expertise et une agilité qui leur est indispensable ! Notre profession doit ouvrir les chakras pour ne pas se faire uberiser !» avertit Pierre Monlucq, président du SPRIR Rhône-Alpes, avant de souligner l’importance « que la profession ouvre ses chakras pour s’ouvrir à de nouvelles compétences, être plus réactive, pour transformer une idée en projet en peu de temps ».

Parmi les projets qui seront portés par le président pendant son mandat jusqu’en 2020, celui-ci souhaite poursuivre la valorisation et la fidélisation des futurs talents entamé par son prédécesseurs Philippe Puthod et donc : valoriser les métiers auprès des jeunes, mettre en place des actions de formation indispensable pour répondre au besoin de main d’œuvre qualifiée des entreprises et continuer à promouvoir les métiers et la filière de l’industrie routière.